EN FR ES

Thibaut AARON

01 décembre 2017

Pas de commentaire

Internet : comment facilement réduire son empreinte écologique ?

Nous sommes de plus en plus connectés. Le web et les nouvelles technologies digitales font désormais partie intégrante de nos sociétés. 3,5 milliards d’individus ont aujourd’hui accès à internet et ce chiffre augmente de 10% par an en moyenne.

L’ONU estime que dans deux ans, 5 milliards de personnes seront connectées, et la planète entière d’ici 2035.

 

  • Quel est l’impact d’Internet ?

Il est indéniable que les outils digitaux et les services en ligne associés augmentent notre efficacité et rendent inutiles un grand nombre de déplacements autrefois indispensables.

À cela s’ajoute la numérisation et la dématérialisation qui ont un impact positif sur la gestion de nos ressources.

Pour autant, internet est une source importante de consommation énergétique et donc d’émissions de gaz à effet de serre.

– Internet est responsable à luiseul de 2% des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

– Chaque email que nous recevons et envoyons émet entre 0,3g et 4g de CO2 dans l’atmosphère, et jusqu’à 50g pour un mail avec pièce-jointe et de multiples destinataires.

– Le visionnage des vidéos YouTube équivaut à 1,2% de la consommation électrique mondiale.

– Chaque année, l’internaute moyen émet plus de 200kg de CO2 dans l’atmosphère.

 

Les solutions

 

1- Se désinscrire en un clic des newsletters inutiles

 

Nous recevons tous de nombreux mails inutiles qui alourdissent notre boîte mail et qui consomment de l’énergie inutilement.

Unroll.me est un service gratuit qui permet en quelques clics de faire le ménage dans nos souscriptions tout en faisant un geste pour la planète.

 

2- Trier sa boite mail régulièrement

 

Nos mails sont stockés sur des serveurs aux quatre coins du globe qui consomment 5% de l’énergie mondiale. Et ce chiffre croit de 5% par an en moyenne.

En supprimant tous les mails inutiles, et en paramétrant une suppression automatique au-delà d’un certain temps, vous diminuer votre empreinte environnementale facilement.

 

3- Utiliser un moteur de recherche responsable

 

Des moteurs de recherche proposent de compenser gratuitement les émissions de gaz à effet de serre liées aux recherches sur le web grâce aux revenus publicitaires.

Le moteur de recherche français LILO utilise les algorithmes de Google ou Yahoo mais ajoute un système de compensation des émissions de gaz à effet de serre financé grâce aux revenus publicitaires. Il protège également notre vie privée. Leurs serveurs sont partiellement alimentés en énergies renouvelables et ils utilisent un système de refroidissement innovant sans climatisation.

Autre solution, le moteur de recherche Ecosia qui plante un arbre toutes les 100 recherches en reversant 80% de leurs bénéfices à des programmes de reforestation un peu partout dans le monde. Déjà plus de 17 000 000 d’arbres ont été plantés par Ecosia !

 

4- Ne stocker sur le cloud que le nécessaire

 

De même que pour les mails, en faisant le ménage et en ne stockant que le nécessaire sur le cloud, vous pouvez réduire votre empreinte environnementale web sans trop d’efforts.

 

5- Préférer les plateformes qui roulent aux énergies renouvelables

 

Toutes les services du web ne se valent pas en matière d’émissions de gaz à effet de serre. C’est pourquoi il est primordial de les choisir avec soin, tout en faisant pression sur les mauvais élèves pour qu’ils améliorent leur mix énergétique.

Voici quelques notes attribuées par notre confrère GreenPeace, en fonction du mix énergétique :

Le lien vers le rapport complet, c’est par ici !

 

5- Éteindre votre ordinateur après chaque utilisation

 

Lorsque l’on met son ordinateur en veille, seuls l’écran et les disques durs s’éteignent, c’est pourquoi la consommation électrique continue à être élevée (entre 50 et 100watts).

En éteignant son ordinateur ou en le mettant en veille prolongée, la consommation baissera considérablement pour tomber sous les 5 watts.

En cas d’absence prolongée, il peut même être intéressant de débrancher son ordinateur pour éliminer la consommation résiduelle. 5 watts consommés sans interruption pendant un an coûte 5 euros.

De quoi faire des économies sur la facture d’électricité tout en diminuant son empreinte environnementale !

 

6- Recharger nos appareils nomades la nuit ou via un panneau solaire pliable

 

En utilisant davantage votre téléphone portable ou votre tablette plutôt que votre ordinateur, vous faites déjà des économies d’énergie.

En effet, une étude de l’Electric Power Research Institute (EPRI) estime la consommation électrique annuelle d’une tablette à environ 12 kWh. En comparaison, un smartphone consomme entre 2 et 7 kWh par an, un ordinateur portable entre 20 et 75 kWh, et un ordinateur de bureau entre 150 et 250 kWh.

Enfin, profitez des tarifs de nuit pour recharger vos appareils, vous ferez des économies et limiterez votre impact sur les pics de consommation qui font souvent appel à des énergies très carbonées.

Et pour recharger vos appareils nomades de manière renouvelable, vous pouvez opter pour un panneau solaire pliable avec deux ports USB comme nous l’avons fait dans la cadre de l’Energy Transition Tour !

Trois modèles recommandés :

Vinsic 22w | 2 ports USB – Prix < 40€ (testé dans le cadre de l’Energy Transition Tour)

Suaoki 25W | 2 ports USB – Prix < 50€

RAVPower 24w | 3 ports USB – Prix < 60€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *