24 Juil
  • By CLIMACTION
  • Cause in

Le boom du vélo partagé bouleverse le paysage urbain chinois

Ils sont jaunes, orange ou bleus et envahissent les trottoirs des villes chinoises. Les vélos en libre-partage, qui n'existaient pas il y a encore quelques mois chamboulent le paysage urbain.

Comme pour payer leur titre de transport, le restaurant, ou les courses au supermarché, les chinois utilisent leur smartphone pour débloquer les antivols (parfois solaires!) de ces bicyclettes abandonnées un peu partout dans la ville. Ici pas d'abonnement mais on paye chaque course en fonction de sa durée. Il faut compter en moyenne 0,5 yuan la demi-heure soit 7 centimes d'euro. Une somme modique donc qui rend très accessible l'usage de ce moyen de transport doux et décarboné.

Abandonné depuis les années 70 car symbole de pauvreté, nous avons pu constater que le vélo revient en force dans l'Empire du Milieu. Ils sont partout et de toutes les couleurs ! En 2017, plus de 30 millions des 53 millions de vélos produits en Chine seront destinés au marché Chinois. Car le nombre d'usagers explose, ils étaient un peu moins de 17 millions fin 2016 est seront plus de 50 millions d'ici la fin de l'année !

A ce jour, une trentaine d'entreprises se partagent ce gigantesque marché. Ofo, le leader du marché pèse déjà 2 milliards de dollars et revendique 800 millions de locations pour 50 millions d'usagers. Mobike, son challenger, a quant à lui levé plus de 550 millions de dollars en moins d'un an et peut compter sur de puissants soutiens tels que le géant du net Tencent, le sous-traitant Foxconn ou encore le voyagiste Ctrip.

Mais comment se rémunèrent ces startups ?
Finalement, très peu via la location de vélos elle-même. Les intérêts des dizaines de millions de cautions prélevées au moment de l'inscription (39 euros chez Mobike et 14 euros chez Ofo) représentent l'essentiel des revenus. Mais l'essentiel de la valeur se trouve sans-doute dans les très nombreuses données (noms, adresse, localisation et coordonnées bancaires) que recueillent les startups sur ses clients.

Le succès de ces vélos en libre-service et le développement rapide de la mobilité électrique (nous avons également été frappés par le prix de vente des deux-roues électriques : moins de 200 euros pour les scooters d'entrée de gamme!) est une bonne nouvelle tant pour le climat que pour la santé des citadins chinois. Rappelons que la pollution de l'air est responsable de 1,1 million de décès prématurés chaque année, en Chine.

Le vélo-partagé résout la problématique du dernier kilomètre tout en offrant un alternative efficace aux transports en communs bondés aux heures de pointe. On valide !

CLIMACTION

Leave a Reply